Parce qu'à l'époque certains voulaient nous justifier la déferlante e.learning, via des études sur celui-ci réalisées dans des entreprises américaines de plus de 10 000 personnes.

Parce qu'à l'époque les éditeurs de la bulle Internet voulaient nous vendre des plate-formes de téléformation vides, non ou mal traduites en français, comme solution globale à tous les problèmes de formation des entreprises.

Parce qu'à l'époque certains "experts" nationaux, avec pignon sur rue, poussaient les financeurs publics et privés à mettre de l'argent sur des programmes de création de contenus en autoformation pour réussir de magnifiques effets d'échelles avec la distribution de modules de formation via les tuyaux.

Parce qu'à l'époque j'exprimais déjà mes voeux pour une autre pensée des réseaux et de la distance. Celle qu'aujourd'hui, 7 ans après, presque jour pour jour, semble s'exprimer de plus en plus fortement dans les pratiques.

Je suis convaincu d'une chose. Il n'y a pas besoin d'être honnête pour être intelligent, mais il y a besoin d'être honnête pour voir plus loin que le bout de son nez ou de son bout de gras. C'est que la malhonnêteté, si elle n'empêche pas de profiter du court terme, de devenir riche, de fasciner les gens et de les mettre dans sa poche, elle limite l'horizon cognitif, elle ne possède pas l'intelligence prophétique, par son essence même. Sans éthique, il est impossible de voir loin.

A l'époque, contre une spectaculaire (et malhonnête) réduction de l'utilisation des réseaux, j'osais dire :

"Enseignement à distance (en réseau) et autoformation sont des termes contradictoires, dans la mesure où Internet développe la capacité à se mettre en relation en dépit de l'éloignement physique des protagonistes de la formation (E-mail, forum, etc.). Sans relation humaine, la formation ne peut réussir, et ici, précisément, ce sont les technologies qui permettent d'engager la présence, stimulent l'humanisation de l'apprentissage."

Je parlais bien sûr d'une auto-formation au rabais, celle des contenus qui soit-disant se suffisaient à eux-mêmes, celle d'une confusion forte entre autoformation et autodidaxie. Entre autoformation et formation en solitaire.

Chers lecteurs, je vous souhaite de tout coeur beaucoup beaucoup d'intelligence à long terme, la seule qui rends les choses à la fois plus vraies, plus justes et plus belles, comme disait l'autre.
Je vous souhaite de posséder l'intelligence la plus difficile à avoir, car intelligence de service plutôt qu'intelligence de prédation, et de l'investir pour la réussite de vos projets professionnels et personnels.

Bonne année 2007 à tous !

Pour lire le compte rendu de la conférence-débat du 7 janvier 1999 c'est par ici

Pour recevoir chaque lundi, par mail, la Lettre, me contacter.

Adrien Ferro Consultant en Formation, Professionnalisation et Réseaux
Président de l'association Novantura