Plusieurs voix nous parlent (j'y reviendrai prochainement) de ce manque de regard constructeur de valeur de soi, dans une société qui se délite. Plusieurs chercheurs nous expliques comment la fragilisation induite par ce manque de regard affecte les individus, impliqués dans un système de production de plus en plus tertiarisé, immatériel, dans lequel on les reconnait pas.

Comment s'étonner alors de leur "fuite par le web", pendant leur temps de travail, à la recherche d'un regard qui les valorise ?
La solution ne réside pas toute dans le faire rentrer le web (social) dans l'entreprise mais, en introduisant les pratiques sociales de reconnaissance croisée, avec une modalité de valorisation par la hiérarchie (dans le cadre de production d'information utile au collectif, par exemple) cette introduction peut contribuer à une modification positive des relations, dans un espace professionnel.
L'avantage pour l'entreprise est triple : elle enrichi sa base de connaissance interne, elle crée des relations plus fortes entre ses salariés et diminue leur envie de balades sur blogs et autres Myspace, extérieurs à l'entreprise, à la recherche d'un peu de considération humaine !

A lire dans l'ordre :

Interdire les réseaux sociaux en entreprise est une mauvaise idée
Les réseaux sociaux s'immiscent dans l'entreprise