"Le e-learning a déjà été utilisé par 37 % des 904 salariés interrogés travaillant dans des sociétés de plus de 1 000 salariés."

Les grandes entreprises sont effectivement la cible de choix du e.learning proprement nommé. Celui qui se vend par l'argument principal de l'économie d'échelle. Qu'est-ce qui se passe dans la grande majorité des entreprises françaises, qui font pour la plupart beaucoup moins de 1000 salariés ?

"Les formations en ligne sont utilisées par 43 % des cadres et par 47 % des commerciaux."

C'est à dire par ceux qui par nécessité et souvent nomadisme sont très fortement environnés de TIC à utilisation professionnelle.
Et pour les autres ? Pour les moins diplômés ? Où en est le reste de l'entreprise, alors que globalement les Français sont très connectés à Internet et ont l'un des niveau d'accès au haut débit parmi les plus élevés au monde ?
Il y a peut-être à s'interroger sur les modalités de diffusion du e-learning, sur son accessibilité, sur le système de formation tout autour à cette mise à distance (très, trop souvent encore, résumée à du contenu plus ou moins interactif).

"Cependant, le taux de satisfaction pour les formations en ligne et utilisant l'ordinateur seul a reculé (de 61 % à 56 %). Ce taux ne progresse que pour les formations mixtes (de 68 % à 70 %).
Ces scores sont très inférieurs à ceux des solutions classiques : 95 % de satisfaits."


Ah bien, ça ne marche pas tout seul donc. Ce n'est pas vraiment un scoop.
En tout cas la majorité continue à plébisciter les formations en salle. Extimité, quand tu nous tiens ! Ce résultat ne dépend pas (que) de l'ingénierie pédagogique limitée de la formation en ligne, mais du besoin d'être ensemble et d'être reconnu.

Cela donne à réflechir sur l'avenir du e.learning.
Peut être ce qui fait le plus de mal au développement du e.learning c'est son positionnement de marché.
Peut-être qu'il faudrait arrêter d'en parler en tant que tel ! Qu'il faudrait parler du Learning, de l'apprentissage, et c'est tout. Peut-être qu'il faudrait faire de la "navigation spontanée" sur le Web des salariés en entreprise, le point d'ancrage d'une formation efficace et ressentie comme telle.
Une ouverture ? La même enquête nous dit que deux outils de formation en situation de travail sont identifiés par les salariés comme potentiellement intéressants : le blog à 40 % et les podcast à 27 %. Deux outils du web 2.0.

L'article sur le monde.fr