a) Faire le point sur les pratiques actuelles ; identifier les perspectives.
b) Ne pas refaire les choses qui sont déjà faites.

avec une exhortation à être créatifs, car "Pour ce forum, on démarre d'à peu près zéro. Les choses sont tout à fait ouvertes."

Je suis intervenu en premier, pour dire que ce n'est pas un problème de redire ce qui a été dit, mais il faudrait faire en sorte que les modalités d'intervention soient en cohérence avec les finalités du forum.
Impossible de faire un forum comme celui-ci avec des modalités d'intervention on ne peut plus classiques : intervention de l'expert, puis quelques questions de la salle.

D'autres interventions nous ont invité à ne pas perdre de vue la dimension historique du concept : comment on y est arrivé et pourquoi. Nous voici invités à penser de près aux relations entre ce concept et l'économique, voire avec les enjeux de la mondialisation.

Les questions des ruptures éducatives, de la place de la distance, du rapport public / privé et de la place de l'entreprise au sein de ce "tout au long de la vie", ont été également pointées.

Enfin (en réalité, dans le débat, le questionnement sur les modalités de déroulement du forum est venu avant les questions de contenu), pour certains il faut identifier une méthode de travail permettant des clés pour l'action, s'emparer du concept et pour d'autres, plus sensibles à la dimension institutionnelle "il faut préparer ceci avec les gens qui s'occupent de la présidence française de la communauté européenne."

Comme je n'avais pas entendu aborder la problématique des TIC (sauf rapidement par Bernard Cornu, directeur de L'EIFAD au CNED), je suis intervenu à la fin pour inviter à ce que l'on pose dans un atelier la question des technologies de la distance et de l'audiovisuel dans l'éducation et la formation tout au long de la vie, et l'articulation entre industrie de programme et institutions de programmes, en rappelant les travaux d'Ars industrialis sur cette question.

Un seul point m'a chagriné tout au long de cette commission : la très grande majorité (environ les trois quart) de représentants de l'Education Nationale, de tout niveaux et instances (institutionnels, universitaires, du CNAM, du Cned). Je salue ici leur forte mobilisation pour ce thème qui me semble fondamental pour l'Institution et son positionnement futur mais... où sont les autres ? Où sont les entreprises, où sont les syndicats, où est la société civile ?

Il n'est pas souhaitable que la commission scientifique de ce forum soit aussi déséquilibrée. La richesse des points de vue, des expériences et des compétences sera fondamentale pour élaborer un programme d'intervention et des modalités d'animation qui fassent sens avec les enjeux de cet évènement.
J'invite donc les absents à nous rejoindre pour la préparation de ce forum.

Pour en savoir plus, allez sur le site du Comité Mondial pour l'éducation, la Formation, les apprentissages tout au long de la vie