WikiDeNovantura

CMS

PagePrincipale :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes ec2-18-206-15-215.compute-1.amazonaws.com

CMS


CMS par cet acronyme les anglo-saxons distinguent à la fois les Content Management System mais également les Course Management System. La traduction en français la plus commune est celle de Systèmes de Gestion de Contenu (SCG).

Les Content Management System (ou Content Management tools) sont des outils qui permettent d'organiser et de faciliter la collaboration et la création de contenu par une communauté d'utilisateurs.
Les Course Management System également appelés Course & Learning Management System (ou Course & Learning Management tools) sont des outils nommés différemment selon le contexte pour lequel ils sont prévus, on distingue :

 1. Qu'est-ce qu'un CMS
 2. Les fonctionnalités
 3. La contextualisation
         3.1 Historique
         3.2 L'impact du CMS sur les acteurs
         3.3 CMS et Knowledge Management
         3.4 CMS et Formation
         3.5 Contextualisation économique
         3.6 CMS : un outil pas une fin en soi
  4. Exemples d'outils
  5. Pour aller plus loin
  6. Sources


1. Qu'est-ce qu'un CMS


Un CMS permet sans connaissances pointues en informatique, de créer, modifier, ajouter et gérer du contenu en ligne de façon dynamique à partir d'un simple navigateur Internet.

L'utilisation de formulaires à travers un navigateur web comme interface évite d'installer des logiciels auteurs sur les machines et fonctionne donc quelque soit le système d'exploitation utilisés ce qui facilite la généralisation des outils basés sur cette technologie.

Les CMS sont constitués de deux noyaux imbriqués :
Retour au sommaire

2. Les Fonctionnalités des CMS


Les CMS permettent :
Pour résumer, les CMS forment une famille de solutions intégrées, ce sont des plates-formes de publication en ligne, elles permettent de gérer facilement le contenu dynamique et rédactionnel d’un site web en donnant des droits respectifs à chacun. La plupart des CMS sont développés en PHP et MYSQL (Joomla par exemple) mais il existe également des CMS développés sans base de données (Guppy par exemple).
Retour au sommaire

3. La Contextualisation


L'essor d'internet, l'évolution des technologies ont permis de passer en quelques décennies de sites statiques conçus avec des éditeurs HTML à des sites dynamiques dont le contenu structuré est stocké dans des bases de données puis aux CMS qui dégagent les utilisateurs de la gestion de la forme et de l'administration du site.

Le développement des CMS a été aidé par le W3C (World Wide Web Consortium) qui a promu le langage XML (Extended Markup Language).

La démocratisation du web a amené une explosion de l’offre des CMS sur le marché. Les attentes très diverses du public, qu’il s’agisse de professionnels ou de particuliers ont entrainé une diversification des outils disponibles : systèmes de gestion de galeries photo, de blogs, de wikis, de forums, de sites documentaires, ou d’applications e-learning.
Retour au sommaire

La mise en place d'un CMS implique de passer d'une gestion centralisée à une production collaborative et représente donc un changement culturel important, une modification des liens sociaux et une organisation sociale plus complexe qui doit être acceptée par les différents acteurs. Le rôle du webmestre n'est plus aussi central, il devient un administrateur. Tout membre de l'organisation a désormais un rôle à jouer dans la production de contenus web : auteur, valideur ou éditeur.

Les lecteurs n'ont plus forcément un rôle passif, les interactions des lecteurs avec le contenu sont possibles sous différentes formes : ajout de contenus, création de liens, commentaires ...

Les CMS obligent donc de passer d'une culture de la bureautique personnelle et individuelle, à celle de la production d'informations collectives et en réseau.
Retour au sommaire

L'entreprise possède des "savoirs tangibles", que l'on peut trouver dans les bases de données, les dossiers documentaires, les archives, les collaborateurs sont aussi dépositaires de "savoirs tacites" de part leur connaissances des dossiers, de leur expertise métier, de leurs relations en interne, de leur réseau professionnel.

Les CMS peuvent aider à la mise en valeur de ce capital immatériel de connaissance dans le cadre une démarche du Knowledge Management.

Les CMS peuvent concourir aux apprentissages collectifs en vue d'organiser la progression collective des connaissances de l'entreprise apprenante.

Les blogs, wikis, groupwares peuvent être utilisé :
Retour au sommaire

Les CMS peuvent représenter des supports de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC), puisque la formation est nécessaire à la mise en place d'un plan stratégique de réduction des écarts qui peuvent exister entre ressources actuelles et besoins futurs.

Ainsi, lorsque des écarts existent encore entre compétences acquises et compétences indispensables, par exemple, lorsqu'un métier évolue sans variation d'effectifs ou lors de reclassement de collaborateurs, il est nécessaire de proposer des formations individuelles ou de mettre en place des plans de formation.

Dans le domaine de la formation l'utilisation du CMS se matérialise par le Learning Content Management Systems (LCMS).

Les LCMS étant à la fois des plate-formes de développement et de mesure des connaissances, ils offrent les services fusionnés du LMS et du CMS (LCMS = LMS + CMS). Ce sont des systèmes de gestion des contenus d ’apprentissage qui permettent une individualisation des parcours de formation, la gestion des apprenants, le suivi du parcours d'apprentissage. Ils incluent des outils coopératifs pour la relation tuteur/apprenant. Ces différents modules (quizz...) peuvent offrir la possibilité dans le cadre de la GPEC de faire un bilan des connaissances, de proposer les formations adéquates, de valider l'acquisition des connaissances mais aussi d'évaluer l'impact de la formation.

Le LCMS oblige l'entreprise à réfléchir sur l'organisation de la formation, totalement à distance ou en blending learning. Elle devra tenir compte de l'isolement de l'apprenant, de ses capacités d'autonomie et mettre en place un tutorat, un accompagnement en utilisant entre autres des modules du LCMS comme le wiki, le forum, le blog... L'hybridation semble cependant plus réaliste que la formation totalement à distance.

Ce système de formation peut offrir à l'apprenant plus de souplesse dans la gestion de son temps de formation, lui permettre de faire l'impasse ou revoir à sa guise certains cours. Il devient donc acteur de sa propre formation. Cependant ce type de formation modifie le lien social.

Le LCMS peut considérablement réduire les coûts en formation pour l'entreprise surtout si un grand nombre de personnes est à former, mais le choix d'une formation en e-learning ne peut pas être envisagé dans ce seul but, cela doit faire l'objet d'un véritable projet d'entreprise.
Retour au sommaire

Il est possible de distinguer 3 modes de diffusion des CMS :

Le 31 Octobre 2007, le "Centre for Learning & Performance Technologies" dénombre pour :

Quant à lui, le Répertoire Thot 2007 des plates-formes de e-learning et e-formation (LMS & LCMS) distingue en avril 2007 232 outils. Il faut préciser que l'on retrouve dans ce classement pêle-mêle les 2 catégories que distinguent les anglo-saxons (Content Management System et Course & Learning Management System).

La plupart de ces CMS sont désormais en Open Source ce qui permet un développement quasi-permanent de ces outils par des communautés de développeurs de plus en plus nombreuses. A la demande des utilisateurs, les communautés de développeurs s'approprient le code pour créer de nouvelles fonctionnalités. Les utilisateurs ne sont pas tributaires des évolutions commerciales des formats propriétaires. Les solutions Open Source ont devancé les solutions propriétaires car les clients ont transféré le budget qui aurait été alloué à l'achat de licences vers des dépenses en développement de fonctionnalités répondant aux besoins spécifiques de leur entreprise. L'avenir du CMS est directement lié à l'activité communautaire pour les solutions Open Source (important dans le choix du CMS) alors que la survie du CMS propriétaire dépend étroitement des décisions commerciales et de la santé financière du vendeur de CMS.
Retour au sommaire


Un CMS reste un outil, il doit s'inscrire dans une stratégie globale et ne peut être une fin en soi. L'installation d'un CMS ne résout pas à lui seul les problèmes de formation, de Knowledge Management, d'objectivation et ne transforme pas l'entreprise en organisation apprenante. Il n'est qu'un simple système de gestion de contenu. La question du contenu n'est pas réglée pour autant. De plus, il semble illusoire de donner une injonction à l'utilisation de ce type d'outil sans envisager préalablement la mise en place d'une véritable conduite du changement.
Retour au sommaire

4. Exemples d'outils


Quelques exemples de CMS :

Quelques exemples de LMS :

5. Pour aller plus loin


Une base de données référentielle sur les CMS (en français) : CMS-Québec
Une base de données sur les CMS (en anglais) : Opensourcecms
Un outil de comparaison des CMS (en anglais) : cmsmatrix
Retour au sommaire

6. Sources



Retour au sommaire
Il y a 27 commentaires sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]