WikiDeNovantura

Hybridation

PagePrincipale :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes ec2-18-212-90-230.compute-1.amazonaws.com

Hybridation


SOMMAIRE


1) Introduction

2) Définition

3) Nouvelle forme pédagogique

4) Hybridation et individu

5) Mises en oeuvre de l'hybridation

6) Efficacité de l'hybridation

7) Conclusion



1) Introduction


Le développement des neurosciences et la gestion des connaissances dans les années 80 ont favorisé l'émergence de l'hybridation. Les recherches faites sur les dominantes cérébrales (Sperry / Hermann) montrent que chacun a un mode d'apprentissage personnel. Sachant qu'il n'y a pas de bon ou de mauvais profils, il faut pour obtenir un engagement fort jouer sur plusieurs vecteurs pédagogiques.

La construction d'une FOAD apparait alors comme une hybridation avec ce souci toujours présent d'utiliser au mieux les outils disponibles pour construire cette ouverture qui la caractérise et la distingue de la FAD, du e-learning, du blended learning.

2) Définition



Ainsi l'hybridation est un acte intentionnel, construit d'introduction de modalités pédagogiques diversifiées centrées sur l'apprenant. Cela induit des variations possibles de lieu, de média, de mode d'apprentissage, de parcours, de moments de formation dans un souci d'efficience. L'évolution technique offre aujourd'hui cette diversité de diffusion.


(retour au sommaire)

3) Nouvelle forme pédagogique



En moins de 20 ans, les NTIC (Nouvelles Technologies de l'Information) ont laissé la place aux TIC et aux TICE (Technologies de l'Information pour l'Education), la FAD (Formation A Distance) est devenue la FOAD (Formation Ouverte A Distance). La notion de "formation à distance" prolonge celle d'"enseignement à distance", ou "télé-enseignement", née au début du XXème siècle. Il faudra attendre les années 90 pour que la formation à distance devienne "formation ouverte à distance" (Open and Distance Learning; Comission européenne, 1991.)
Ainsi les TIC sont devenues pour la FOAD ce que le cahier était à l'école de J. Ferry. Mais il serait faux de penser que la FOAD ne peut exister sans les TIC. Les APP (Ateliers de Pédagogie Personnalisée), à leur début, fonctionnaient sans les TIC.
Selon la norme AFNOR, la FOAD est un système de formation conçu pour permettre à des individus de se former sans se déplacer dans un lieu de formation, et sans la présence physique d’un formateur.

Selon le Collectif de Chasseneuil (2001), ("Accompagner des formations ouvertes";conférence de consensus), une formation ouverte et à distance est un dispositif organisé, finalisé, reconnu comme tel par les acteurs, qui prend en compte la singularité des personnes dans leurs dimensions individuelle et collective et qui repose sur des situations d’apprentissages complémentaires et plurielles en terme de temps, de lieux, de médiations pédagogiques humaines et technologiques, et de ressources.
La FOAD est connue sous 5 formes qui historiquement se suivent mais qui cohabitent encore à l'heure actuelle. Elle utilise différentes typologies selon son utilisation ou non des réseaux et la présence ou non du formateur.







Le choix du terme nous renvoie à ce que l'on pratique sur certains végétaux pour faire naître de nouvelles espèces. Il nous rapproche de la réalité de cette forme qui met un terme à la dualité présentiel / à distance, apprenant passif / actif, technologie ou pas : prendre l'efficience de chacun des éléments pour qu'émerge un tout nouveau parcours pour les apprenants. L'hybridation en choisissant d'intégrer les outils du web2.0 dérange à nouveau les sources du savoir en reconnaissant à la collaborations des apprenants, une place officielle dans les apprentissages.
(retour au sommaire)

4) Hybridation et individu


On assiste dans la sphère sociale et professionnelle à une montée en puissance générale de l'individualisation.

Selon Patricia Vendramin, « trois concepts clés dominent en effet les transformations du lien social au travail dans des contextes où règne une individualisation croissante : les concepts de réseau, de projet et de sujet. La métaphore du réseau rend compte de la structuration actuelle des collectifs ; le projet est l’élément central autour duquel peut s’organiser une mobilisation ; le sujet désigne l’individuacteur, celui qui a la volonté de modifier son environnement plutôt que d’être déterminé par lui ».

L'hybridation se fonde sur l'usage des technologies de l'information et de la communication, des réseaux électroniques et humains, sur un projet individuel autant que collectif, et sur la priorité de l'apprenant comme acteur de son apprentissage.

Elle utilise l'individualisation des parcours pour la personnalisation des apprentissages.

Elle est donc bien adaptée à la finalité qui consiste à rendre les personnes actrices de leurs apprentissages, en particulier dans leurs capacités de choisir des données pertinentes dans un flot d'information, de communiquer avec des personnes ou acteurs distants pour concevoir et finaliser leur projets.
Ainsi, elle permet une "individualisation autonomisante", selon l'expression de F. Haew (n°196 de l'Actualité de la formation Permanente).

Mais il serait réducteur de penser que l'hybridation mène à l'individualisme. Car apprendre n'est jamais un acte solitaire. Les connaissances se construisent par l’échange, le partage, la confrontation de son point de vue à ceux d’autrui. Dans l’apprentissage collaboratif, les apprenants collaborent aux apprentissages du groupe et, en retour, le groupe collabore à ceux des apprenants. L'apprentissage résulte donc du travail individuel, soutenu par des activités de groupe ou d'équipe. L'apprenant partage des ressources avec le groupe et utilise le travail réalisé en groupe pour apprendre.
Une des caractéristiques de l'hybridation est de construire de nouvelles entités pédagogiques cohérentes en liant outils innovants de mise en commun, zone d'échange, canaux de communication multiples. Elle s'inscrit donc pleinement comme vecteur important de partage et de collaboration
(retour au sommaire)

5) Mises en œuvre de l’hybridation


Quels sont aujourd'hui les différents axes de mises en oeuvre de l'hybridation ?
Notons qu'elles peuvent se situer dans différents champs :

Citons :

axes positions envisageables
l'éloignement en proximité ou à distance
le moment synchrone ou asynchrone
Le temps imposé ou libre
la relation individuel ou collaboratif
modes d'apprentissage visuel, auditif, kinestésique, inductif déductif, analogique
l'approche du savoir descendant ou construit par le groupe
la démarche investigation, résolution de problème, projet
l'instrumentation sans ou avec les TIC
l'individualisation avec ou sans possibilité d'adaptation du parcours
la personnalisation avec ou sans possibilité d'adaptation en fonction des caractéristtiques de chacun
la participation activité à apprenant passif ou à apprenant actif
l'indépendance en autonomie ou avec un tutorat
l'évaluation formative, sommative...
...  

Si certaines associations au sein de la même formation peuvent paraître ordinaires et peu représentatives de la notion actuelle d'hybridation d'autres représentent des choix beaucoup plus marquants telle l'association de séquences à distances avec des séquences en proximité. Ces choix d'association sont du domaine pédagogique et organisationnel, l'hybridation est donc un sujet important de réflexion en ingénierie pédagogique.
(retour au sommaire)

6) Efficacité de l'hybridation


6.1) Hybridation et pédagogie


L’hybridation pour remplir pleinement son office nécessite l'application de quelques règles. En matière de pédagogie, il est question de la « e-pédagogie ».

L'hybridation implique l'autonomie de l'apprenant. Sous entendu, que l'on ne peut appliquer la pédagogie traditionnelle en présentiel. On oppose alors la pédagogie traditionnelle au mouvement de l'Éducation nouvelle ou moderne (John Dewey vers 1900, Alphonse Ferrière, Célestin Freinet vers 1924).
Dans un processus de formation hybride, on ne peut appliquer le modèle transmissif, qui selon le triangle pédagogique de Jean Houssaye se situe du côté du savoir, et qui privilégie ainsi la démarche didactique de l'enseignant. La pédagogie dite traditionnelle est celle de la connaissance, du modèle, de l'autorité, de l'effort, de l'individualisme et de la sanction. Or, on perd ces axes de travail dans une formation ouverte à distance. Les liens entre apprenant et formateur étant moins fort qu'en (présentiel) .

Les résultats de recherches qui portent sur ce sujet, semblent indiquer que c’est plutôt la manière dont sont conçus les dispositifs de formation à distance qui conditionnera ou non de leur efficacité et non l’aspect présentiel ou distanciel. C’est bien l’ingénierie pédagogique qui reste le déterminant essentiel.
Il n’existe pas de différence significative entre la e-pédagogie liée à l'hybridation et la pédagogie traditionnelle. L’ouvrage de l’américain Russell intitulé : « the significant difference phenomenon », dans lequel sont répertoriées plus de 355 études indique qu’il n y a aucune différence entre un enseignement en FOAD et un enseignement en présentiel.
Et qui plus est, les théories et principes pédagogiques les plus incontournables tels ceux de Piaget (la construction du savoir), peuvent être appliqués plus facilement et surtout plus fréquemment.

Dans un processus de formation hybride, on doit développer l’esprit critique de l’apprenant car apprendre par le biais de NTICE c’est apprendre à valider l’information, par rapport à une manne documentaire accrue avec le développement des technologies de l’information et de la communication.
La pédagogie mise en œuvre dans le cadre de l'hybridation doit véhiculer une volonté forte de donner aux apprenants les moyens pour qu'ils fassent un usage responsable de ces technologies, notamment dans le domaine de l'Internet. Par exemple :

La médiation en processus de formation hybride, c'est à dire l'ensemble des médias utilisés, vise à rendre l’apprenant acteur de sa formation en développant son autonomie
L’apprenant ne doit pas attendre qu’on lui délivre un savoir, il va lui-même se l’approprier en cherchant l’information dans des documents, logiciels, et en la restituant selon ses attentes, ses besoins.


6.2) Le rôle du formateur


Compte tenu du panachage logistique d'une formation hybride, il ne faut pas seulement fournir un soutien qu’il soit technique ou pédagogique, mais, il faut aussi travailler en amont avec les apprenants pour qu'ils s'y retrouvent et ne perdent pas pied.L’efficacité dans l’hybridation est conditionnée par la qualité de l’accompagnement mis en place.
Les différentes fonctions remplies par un tuteur garantissent la réussite des apprenants dans leur parcours hybride.
Les facteurs psychologiques jouent de plus en plus un rôle important dans l’efficacité des FOAD. La motivation d’un apprenant est principalement influencée par ses besoins d’autodétermination, de compétence et d’affiliation. Le formateur devient un facilitateur de l’apprentissage et non pas seulement un transmetteur.

Le formateur doit jouer des rôles nouveaux, une sorte de formateur / entraineur / médiateur. le tout avec des compétences en informatique, numérique.
Dans le cadre d'un processus hybride, le formateur doit se reconvertir en créatif pédagogique. Car il n'y a pas à proprement parlé de formateur, tel qu'on l'entend en présentiel. Mais un "guide", un tuteur qui guide et accompagne la recherche d'information.
Ainsi, l'une des conditions de réussite de l'hybridation est de conserver le rôle du formateur qui interviendra en tant que tel lors de regroupement et sera un tuteur en FOAD. L'apprenant quelque soit son niveau cognitif ne peut se former seul. L'échange avec d'autres apprenants, avec un "support pédagogique humain" est nécessaire. Sans quoi là encore, l'abandon peut être élevé. Ou pour le moins, l'on constatera un écart entre le résultat attendu et celui réalisé.


6.3) Le niveau méta de l’apprenant


La formation hybride doit prendre en compte le niveau "méta" de l'apprenant. Les compétences métacognitives "apprendre à apprendre" doivent constituer une des pierres angulaires d'un processus pédagogique hybride. Sans la prise en compte de ce pré requis, le taux d'échec et/ou d'abandon est très élevé.
Dans ces conditions, loin de lutter contre la fracture numérique, la formation hybride peut la renforcer si elle n'est adoptée que pour répondre à des économies d’échelle.

Le but de réaliser des formations hybrides ne devrait pas être de séduire par un artifice de fioritures, mais au contraire, l’hybridation du processus de formation doit avoir pour objectif, de faciliter l’apprentissage. Plusieurs chercheurs dont Perrenoud font d’ailleurs remarquer que l’on ne peut justifier la présence de FOAD que s’il y a une plus value pour atteindre la mission éducative.

Plusieurs résultats s’ensuivent : les modes d’apprentissages se diversifient et l’éducation se fonde sur des méthodes actives. La pédagogie traditionnelle évolue vers une pédagogie fondée sur l’activité de l’apprenant, son individualisation, la prise en compte de sa personnalité et de ses centres d’intérêts. les compétences pédagogiques sont pleinement sollicitées dans la conception du processus hybride.

(retour au sommaire)

7) Conclusion


De part la rapidité des échanges et des pratiques, il y a donc un intérêt certain à pouvoir apprendre régulièrement, avec souplesse et de façon individuelle et personnalisée.
L'hybridation de la formation fera, demain, partie intégrante de tous les plans de formation, du privé comme du public, et que nous ne parlerons plus de présentiel, de FOAD, ou d’e-learning, mais tout simplement de formation.

Chaque processus et méthode sera, de facto, amené à se fondre dans nos systèmes de formation. Enfin, outre le gain en souplesse et les économies générées, la FOAD permettra de développer des processus de mutualisation entre plusieurs structures. En effet, l’outil technique et pédagogique n’ayant plus de frontières, rien n’empêchera les organisations de s’unir pour monter des projets communs et investir dans un module unique. Déjà plusieurs universités françaises proposent des parcours type licences, Master aux pays francophones "en voie de développement" (Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) -lire l'article). Cette hybridation permet en plus de construire des formations "multiculturelles" et "équitables".

Une étude de la Commission européenne analyse 8 cas d'utilisation du web2.0 dans l'enseignement « Good Practices for Learning 2.0: Promoting Innovation. An In-depth Study of Eight Learning 2.0 Cases »

L'hybridation, processus inéluctable de l'individualisation et de la responsabilisation de l'apprenant en face du savoir, est-elle la panacée dans le domaine de la pédagogique ?
A contrario, en suivant le chemin d'expériences biologiques, va-t-elle engendrer une chimère accessible à quelques privilégiés du learning 2.0 ?

L’éducation en ligne n’est pas supérieure en tant que médium, mais en terme d’attention.
Pour être encore plus précis, ce qui fonctionne le mieux, c’est de profiter des services (vidéo, messagerie instantanée) et outils (collaboratifs, notamment) disponibles sur le web pour personnaliser la formation en fonction des profils des apprenants qui y assistent. Le recours aux technologies est ainsi un moyen d’inviter les apprenants à être plus actifs, à “apprendre en agissant” plutôt qu’en écoutant seulement.
Ainsi, les gains escomptés seraient moindres lorsque les formateurs “dirigent” la formation, ou se contentent de les enrichir de vidéos, questionnaires ou quizz, que lorsque les apprenants sont invités à se les approprier, de façon autonome, interactive ou collaborative.
L’hybridation, c’est l’arrimage entre :


(retour au sommaire)





Sources :

Références

European Commission, DG XXII, Open and distance learning in the EU member states, 1996, 20pp.
Référentiel de bonnes pratiques en formation ouverte et à distance : Publication AFNOR - Normalisation française BP Z 76-001

Bibliographie

Valdès, D. Vers de nouvelles formes de formations : Les formations hybrides.Université de PARIS 2. Paris, Université de Paris 2.
Herrmann Ned : Les dominances cérébrales et la créativité, Ed. Retz, 1992
Haeuw Frédéric : Individualisation et nouvelles modalités de formation :quelles articulations, quel avenir ? Article paru dans le numéro 196 de l’AFP (Actualité de la formation permanente)
Perrenoud P. : Se servir des technologies nouvelles. Genève : Faculté de psychologie et de sciences de l'éducation 1998
sous la direction de P. Carré et P. Caspar: traité des sciences et des technologies de la Formation. 2ème édition, Dunod, Paris.

Sites internet

http://www.eurodl.org/
http://www.tfs.afpa.fr/
http://foad.refer.org/


Blog

Forum Français pour les Formations Ouvertes et à Distance

Pour aller plus loin
Sur les dominances cérébrales et les profils d'apprentissages : http://www.cvm.qc.ca/jlalonde/cerveau/Ancien/profils.htm



Version du 22 octobre 2009
Equipe de rédaction David Blondelle Nicolas Marilier Jean-Luc Pagnat Ange-Dominique Secondi


(retour au sommaire)
Il y a 35 commentaires sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]