WikiDeNovantura

InteractionsTutorales

PagePrincipale :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes ec2-18-212-90-230.compute-1.amazonaws.com

INTERACTIONS TUTORALES




De l'Antiquité jusqu'au XIXème siècle, l’éducation était élitiste et essentiellement basée sur du préceptorat. Les premières révolutions industrielles ont mis en évidence un besoin de main d’œuvre alphabétisé et peu instruite ce qui se traduisit par une éducation de masse standardisée avec des groupes hétérogènes minimisant les intéractions tutorales. L'émergence des théories socio-constructivistes et des méthodes actives remettent au premier plan le rôle des interactions tutorales. Ces courants de pensée sont centrés sur l’apprenant, l’enseignant devient un facilitateur, un guide et n’a plus cette posture dominante qu’il exerçait auparavant sur l’apprenant. Ces nouvelles approches de l'éducation apportent une plus value pédagogique importante et sont un facteur d’efficacité dans un dispositif de formation.

Aujourd'hui l'introduction des TICE dans l'enseignement a modifiée la relation pédagogique traditionnelle en ouvrant la voie aux processus d'apprentissage à distance. Contrairement à certaines craintes fréquemment exprimées, la FOAD n’appauvrit pas nécessairement les interactions sociales. Au contraire, elles les exploitent et les enrichissent en diversifiant leurs modalités : proactive / réactive ; formelle / informelle ; synchrone /asynchrone. Dès lors, les interactions tutorales et le profil du tuteur se transforment et évoluent. Ils ont pour rôles de soutenir les efforts et rompre l'isolement afin que les apprenants atteignent leurs objectifs pédagogiques.






I- Définitions


Etymologie du mot « interaction » Composé du latin, inter, entre, et actio, action, action réciproque.
Etymologie du mot « tutorat » Du latin tutor = défenseur, protecteur, gardien.
Le tutorat est un accompagnement pédagogique individualisé et/ou collectif dans le cadre d'un dispositif d’apprentissage quel qu’il soit. C’est une réaction réciproque de deux ou plusieurs phénomènes ou de deux ou plusieurs personnes.

Les interactions tutorales sont des échanges de diverses natures tendant à favoriser l’apprenance. On trouve différents acteurs dans un dispositif de formation tels que : Le tuteur, l'apprenant, le concepteur, l'expert en contenu, etc. En fonction de l’appétence et de l'intentionnalité de chacun, ces échanges sont alors rendus possibles par divers outils de communication éducatifs, de coopération et de collaboration en s’appuyant à la fois sur l’ingénierie de la formation et l’ingénierie pédagogique.



II- L'approche pédagogique des interactions tutorales en FOAD/FAD



1) Approche de Michel Lisowski


Un modèle tutoral selon Michel Lisowski

Un modèle tutoral selon Michel Lisowski

Michel Lisowski dresse un tableau historique du tutorat, situant les apports des grands mouvements pédagogiques contemporains, il propose un « modèle tutoral » qui « n'est pas limité au type d'appui qu'un tuteur adopte en fonction du profil d'un ou plusieurs apprenants dans une relation « duale fermée », où seul le versant apprenant est considéré comme une variable. » Au contraire, cette démarche se veut « analytique et systémique d'une fonction tutorale intégrée au projet pédagogique global et « anticipée » à partir des moyens mis en oeuvre (institutionnels, matériels et humains). » Michel Lisowski insiste sur le fait qu'un « modèle tutoral » n'est pas défini a priori mais qu'il se construit.


2) Approche de France Henri et de Karin Lundgren-Cayrol 


Dans leur livre qui s'intitule "Apprentissage collaboratif à distance" (p12), France Henri et karin-lundgren-cayrol abordent les apports pédagogiques du travail coopératif et collaboratif dans la formation à distance. Ils y défendent l'idée que : "L'apprentissage collaboratif est une démarche active par laquelle l'apprenant travaille à la construction de ses connaissances. Le formateur y joue le rôle de facilitateur des apprentissages alors que le groupe y participe comme source d'information, comme agent de motivation, comme moyen d'entraide et de soutien mutuel et comme lieu privilégié d'interaction pour la construction collective des connaissances. [...] Dans la démarche collaborative, les apprenants collaborent aux apprentissages du groupe et, en retour, le groupe collabore à ceux des apprenants." (p42)

3) Approche de Brigitte Cord et de Christian Ollivier


Lors d'un colloque intitulé : "Usage des nouvelles technologies et enseignement des langues étrangères ENTELE" ; Brigitte Cord et Christian Ollivier présentent ce en quoi le travail collaboratif peut-être soutien à la recherche de cohérence dans un processus de construction d'un cadre d'enseignement / apprentissage du français langue étrangère sur internet, ainsi ils écrivent : "Par travail collaboratif, nous désignons donc, d’une part, la coopération entre les membres d’une équipe et, d’autre part, la réalisation d'un produit fini : Internet apparaît alors comme l’outil " adéquat " pour mettre en oeuvre des pédagogies "collaboratives". En effet, ses fonctionnalités de communication et de consultation sont utilisées dans le travail collaboratif pour la partie coopérative. Les possibilités qu’offre Internet en termes de création permettent la réalisation et la publication d’objets communs, le plus souvent des sites : les deux moments du travail collaboratif sont servis par le même outil."


Ces différentes approches mettent en exergue les rôles, fonctions et compétences des tuteurs, qui sont pour la plupart spécifiques à chaque dispositif et dépendent du public, des objectifs, des moyens, des contraintes de l'environnement...




III- Les différents acteurs de la formation mettant en œuvre les interactions tutorales


1) Rôles du tuteur


Le tuteur est un accompagnateur, il aide, il soutient, il assiste et suit l'apprenant dans ses propres découvertes et apprentissages sans nécessairement lui transmettre des savoirs. En l'aidant à se questionner sur sa façon de faire, sur les stratégies cognitives qu’il utilise, sur son mode d’interaction avec les autres et avec son environnement, il l'aide à dépasser le niveau des découvertes spontanées et le guide vers la prise de conscience de ce qu’il apprend et de la manière dont il apprend. Il a en ce sens un rôle de facilitateur.

Le tuteur est amené à :

• Motiver et diriger les étudiants tout en maintenant l'intérêt et la participation élevés.
• Interagir de manière efficace avec différents groupes d'étudiants à plusieurs niveaux académiques.
• Guider les étudiants afin qu'ils éprouvent leurs connaissances à travers les médias tels que l'e-mail, des discussions asynchrones, des forums ou des chats.
• Encourager, motiver et pourvoir les sujets de matière à expertise: il est expert mais aussi celui qui motive et celui qui donne un soutien technique (parfois ponctuel, sauf si son rôle dans le scénario est défini comme personne de référence pour le soutien technique).
• Garder les ressources en ligne à jour et les rendre le plus accessible possible.
• Assurer la cohésion et la bonne marche du dispositif d'enseignement.
• Intervenir de manière synchrone ou asynchrone.

Le tuteur est aussi en lien avec les experts en contenu et les concepteurs, et parce qu’il est au plus près des apprenants il est capable de repérer, évaluer leurs besoins et permettre ainsi aux concepteurs et experts de contenus d’améliorer le dispositif de formation.
Ainsi Jacques Rodet écrit: « Un autre rôle important que les tuteurs peuvent jouer est en direction des experts de contenu et des concepteurs. Parce que les tuteurs sont au plus près des apprenants, ils sont les plus à même de constater la pertinence des ressources mises à disposition des apprenants et d’évaluer l’adaptation des activités d’apprentissage aux caractéristiques de ceux-ci. »

2) Rôles des apprenants


Il est intéressant de pouvoir considérer le rôle des apprenants en y ajoutant les bienfaits des interactions tutorales qui sont alors un support à l'apprentissage. L'interaction se faisant à travers un support de communication favorisant les échanges, l'apprenant se saisit des moyens de communication mis à sa disposition pour entrer en relation avec le(s) tuteur(s), le(s) formateur(s) et les autres apprenants, pour collaborer, et ainsi prendre le contrôle de son processus d'apprentissage, mais avec l'aide d'un ou plusieurs tuteurs.

L'apprentissage est ainsi interactif, le tuteur crée du lien entre les différents acteurs présents dans le dispositif de formation. Selon Heinich R.(2002) p11, «l'apprentissage est le développement de nouvelles connaissances, aptitudes, et comportements, tandis que l'apprenant interagit avec l'apprenant et l'environnement. Les apprenants reçoivent le matériel d'apprentissage par l'intermédiaire du professeur, puis ils personnalisent cette information et la contextualisent. Dans ce processus de transformation, les apprenants interagissent avec le contenu, avec les autres apprenants et avec le professeur pour tester et confirmer les idées et pour appliquer ce qu'ils apprennent.»



IV- Les modalités d’interactions tutorales


Il existe plusieurs modalités d'interaction tutorales : elles peuvent être réactives ou proactives / Synchrones ou Asynchrones / ou encore : formelles ou informelles. La combinaison de ces différentes modalités doit être réalisée en fonction de critères.

1) L'interaction réactive ou proactive


Une intervention est réactive lorsqu'elle répond à une demande d'un apprenant. Le tuteur attend d'être sollicité par l'étudiant. Le tuteur est disponible mais ne s'impose pas dans le processus d'apprentissage. Attention, cette passivité peut mener à une sous utilisation des ressources disponibles et un taux d'abandon élevé. Les interventions réactives sont davantage adaptées sur le plan cognitif, afin que le tuteur formule des réponses personnalisées en fonction des difficultés de compréhension du contenu disciplinaire.

La modalité proactive, selon laquelle le tuteur intervient à son initiative, procure aux étudiants le sentiment d'être accompagnés. Le tuteur peut tenter de devancer une demande d'étudiant pour maintenir l'engagement de celui-ci. Par ailleurs, elle permet d'anticiper les difficultés que les apprenants sont susceptibles de rencontrer.

Le choix entre proactivité et réactivité dépend fortement des caractéristiques individuelles de l’apprenant, du contexte, des outils de communication à disposition. Un article publié dans la revue Tutorales3? de Jacques Rodet dresse une typologie des apprenants, puis, identifie leurs attentes en fonction des dimensions tutorales (les différentes actions d’un tuteur), et enfin, avec les modèles d’exercices de la fonction tutorale (modèle fonctionnel, affectif, pédagogique et personnalisé). Pour accéder aux revues Tutorales : ICI.

2) L’interaction du tuteur synchrone ou asynchrone


Le tutorat peut aussi s’exercer de façon synchrone ("en temps réel") ou de façon asynchrone ("en différé"). Il faut souligner le fort potentiel socio-affectif des dispositifs synchrones. En effet, les dispositifs de communication synchrone permettent aux apprenants de communiquer entre eux et d’échanger. Cela contribue à créer et renforcer, par des interactions plus spontanées, un esprit de groupe, essentiel à la persévérance de chacun des participants.

La modalité asynchrone basée sur l’écrit, présente de nets avantages pour la production de travaux en collaboration.


Selon le GRECO (Grenoble Universités Campus Ouvert), le choix de l’outil se fait en fonction d’un critère : l’urgence du message.

description de l'image

Selon l'étude de Viviane GLIKMAN (Apprenants et tuteurs : une approche européenne des médiations humaines), un autre critère peut être pris en compte : l'autonomie dans l'apprentissage.

ff


3) Les interactions formelles ou informelles


Les interactions formelles sont celles qui ont été prévues dans le dispositif de formation, dans le cadre d'un scénario.

Il existe cependant des interactions avec d’autres intervenants / tuteurs, qui sont beaucoup moins formelles mais qui participent à l’objet de la formation : apprendre. Nous pouvons penser ici aux interactions avec les tuteurs pairs, mais aussi, à toutes celles qui s’établissent entre apprenants dans une démarche socio-constructiviste. Par exemple, les échanges par clavardage lors d’une classe virtuelle peuvent permettre d’agir à plusieurs niveaux : cognitif (exemple : échange d’informations sur le contenu disciplinaire) socio-affectif (rompre l’isolement) motivationnel (encouragement ou félicitation).

La combinaison de toutes ces modalités peut engendrer des difficultés. Il est donc impératif de bien planifier les interactions afin de rendre les interactions formelles. Cela permet en effet d’améliorer le dispositif et professionnaliser le métier de tuteur.



V- Outils d’interactions tutorales


description de l'image
Outils Web 2.0


Asynchrone Synchrone
À distance/en ligne
Les pages web Clavardage (chat)
Les foires aux questions Les audioconférences
Espace de travail collaboratif Les vidéoconférences
Le courriel web conférence
Le forum de discussion classe virtuelle
Les blogs
Les wikis
Les portfolios
Outils de partage doc
Liste de diffusion
Présentiel
livres et doc
Ent rétro/vidéo projection
conférence
Tableau blanc interactif
Jeux de rôles
Laboratoire de langues



Ces outils présentent différents avantages/inconvénients.





VI- Pour aller plus loin


• Communication éducative médiatisée : Selon Daniel Peraya "La communication éducative médiatisée désigne aujourd'hui dans leurs spécificités communicationnelles les pratiques éducatives qui recourent à des dispositions médiatiques".
2 sources abordant ce thème :
La communication éducative médiatisée, formation à distance et campus virtuels par Daniel Peraya
http://tecfa.unige.ch/tecfa/teaching/riat140/ressources/internet_media.pdf
Le guide de communication éducative et de choix des technologiques en formation à distance par Jean Loisier-REFAD.
http://refad.ca/recherche/Guide_de_communication_FAD.pdf

• Interaction et interactivité :
1 source abordant ce thème
De l'interaction dans une relation pédagogique a l'interactivité en situation d'apprentissage
http://isdm.univ-tln.fr/PDF/isdm%2024/isdm24_lombardo.pdf

• Motivation de l’apprenant : la motivation est considérée par de nombreux formateurs, enseignants, tuteurs comme une des clés de la réussite des apprenants.
3 sources abordant ce thème :
Comment le tuteur à distance peut agir sur la motivation des apprenants ? Par Jacques Rodet
http://blogdetad.blogspot.com/2010/09/comment-le-tuteur-distance-peut-agir.html
Le rôle du tuteur en ligne dans l'établissement d'un lien social :
http://edutice.archives-ouvertes.fr/docs/00/05/64/98/PDF/Grosjean.pdf
La Définition de Coaching pédagogique dans Wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Coaching_p%C3%A9dagogique

• Évaluation tutorale : Comment peut on évaluer le tutorat?
3 sources abordant ce thème :
Une réflexion sur l'évaluation des tuteurs par les apprenants par Jacques Rodet
http://blogdetad.blogspot.com/2008/02/lvaluation-des-enseignants-et-des.html
Un exemple de grille d'évaluation des conditions de travail des tuteurs à distance.
http://jacques.rodet.free.fr/GECTadv2.pdf
Enquête qualité auprès des responsables de formation,des tuteurs et des apprenants
http://foad.refer.org/IMG/pdf/Rapport_pratiques_tutorat_UTE_AUF.pdf

• La relation pédagogique à distance :
2 sources abordant ce thème :
La relation pédagogique à distance : que nous apprend Goffman ? par Bernard Blandin
http://www.cairn.info/revue-distances-et-savoirs-2004-2-page-357.htm
Relation pédagogique et encadrement à distance : utopie ou défi pédagogique?
http://apoptrajet.cace.qc.ca/modules/xsearch/?m=17&Model=1&a=page&id=211&c1=10&c2=63&c3=269
Tutorat et autonomie de l'apprenant en FOAD par Internet?
http://isdm.univ-tln.fr/PDF/isdm18/10-carrey-auvergne.pdf

• Ce qu’en dit la recherche : Quand des chercheurs se penchent sur l'interaction tutorale
2 sources abordant ce thème :
Dossiers techno pédagogiques
http://www.profetic.org/dossiers/spip.php?article1019
Etude réalisée lors d'une mise en situation d'apprentissage à distance entre des tuteurs (élèves de Master 2 en langue) et des apprenants (étudiants Australiens)
http://w3.u-grenoble3.fr/epal/pdf/drissi.pdf



VII- Sources Liens



• Définition du tutorat: http://fr.wikipedia.org/wiki/Tutorat ; du tutorat à distance: http://fr.wikipedia.org/wiki/Tutora_à_distance
• Les courants de pensée: http://www.aix-mrs.iufm.fr/formations/fit/doc/apprent/Philosophie%20education.pdf
• L'interaction tutorale: http://wiki.univ-paris5.fr/wiki/Tutorat
• Mémoire sur l'encadrement des étudiant(e)s dans la formation en ligne offertes aux différents niveaux d'enseignement http://www.refad.ca/
• Un modèle tutoral selon Michel Lisowski: http://www.centre-inffo.fr/IMG/pdf/AFP220-4357.pdf
• t@d, la communauté de pratiques des tuteurs à distance animée par Jacques Rodet http://blogdetad.blogspot.com/
• Pratiques Discursives dans une formation en ligne à la didactique du français, langue étrangère : une analyse de la communication pédagogique asynchrone. http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00508363/fr/
http://www.centre-inffo.fr/IMG/pdf/AFP220-4357.pdf
http://www.fffod.org/index.php?option=com_content&view=article&id=2232


Version du 25 octobre 2010
Equipe de rédaction : Paula Goncalves , Pierre-Henry Leonard, Julien Naoures, Olivier Ridolce, Alexandre Zotov
Il y a 60 commentaires sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]