WikiDeNovantura

StrategieLisbonne

PagePrincipale :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes ec2-18-212-90-230.compute-1.amazonaws.com
La stratégie de Lisbonne a été initiée en mars 2000 lors du Conseil Européen de Lisbonne par les quinze états qui composaient alors les membres de l’Union Européenne.

FINALITE

Remédier à la faible croissance économique européenne et à une productivité insuffisante au regard des autres zones économiques développées.


OBJECTIFS

- Objectif général :
Faire de l’Union européenne « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde d’ici à 2010, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale ».


- Cet objectif s’est ensuite décliné autour des axes suivants :

Préparer la transition vers une société et une économie fondées sur la connaissance au moyen de politiques répondant mieux aux besoins de la société de l’information et la R&D, ainsi que par l’amélioration des réformes structurelles pour renforcer la compétitivité et l’innovation et par l’achèvement du marché intérieur

Moderniser le modèle social européen en investissant dans les ressources humaines et en luttant contre l’exclusion sociale

Entretenir les conditions d’une évolution saine de l’économie et les perspectives de croissance favorables en dosant judicieusement les politiques macroéconomiques


MOYENS

- Réformes globales et interdépendantes dans les domaines de l’innovation, de l’économie de la connaissance, de l’ environnement
- Coordination et suivi annuel prévus par le Conseil européen
- Groupes de travail et commissions spécialisés au sein de la Commission Européenne.
- Calendrier : 2000 à 2010


DEUX AXES MAJEURS : LA FORMATION ET L'EMPLOI

Dans le domaine de l’éducation et de la formation, dès 2000, le Conseil Européen invite les états membres à :

- accroître chaque année l’investissement dans les ressources humaines
- réduire de moitié, d’ici à 2010, le nombre de personnes de 18 à 24 ans n’ayant accompli que le premier cycle de l’enseignement secondaire et qui ont cessé toute formation
- faire en sorte que les écoles et centres de formation deviennent des centre d’acquisition de connaissances polyvalents et accessibles à tous
- mettre en place des partenariats entre les écoles, les centres de formation, les entreprises et les établissements de recherche.
- promouvoir la culture numérique
- favoriser la mobilité des enseignants, des formateurs, des chercheurs, des étudiants au sein de programmes communautaires
- améliorer la formation tout au long de la vie professionnelle
Le programme « Education et Formation 2010 », mis en place par la Commission européenne afin de contribuer à la réussite de la stratégie de Lisbonne, englobe toutes les actions en matière d’éducation et de formation au niveau européen.

Dans le domaine de l’emploi, l’accent est mis sur la nécessité :

- de conduire une politique active de l’emploi
- de favoriser l’égalité des chances

QUELS RESULTATS ?

- A mi-parcours (2005) un groupe d’analyse de la stratégie de Lisbonne dirigé par Wim KOK constate que « le tableau d’ensemble est très mitigé et il reste beaucoup à accomplir pour éviter que Lisbonne devienne synonyme d’objectifs manqués et de promesses non tenues ».
La Commission Européenne constate même alors que l’écart de productivité, contre lequel, la stratégie de Lisbonne se proposait de lutter s’est encore renforcé.
Dans le domaine de l’éducation et de la formation, la commission européenne, constate que les objectifs de la stratégie de Lisbonne sont ambitieux mais qu’ils peuvent devenir réalistes. L’accent est mis alors sur la nécessité d’accélérer le rythme des réformes dans les années à venir et d’un engagement plus fort en faveur de la réalisation des objectifs fixés à Lisbonne.

- En 2008
Le rapport « Europe Mondialisation » de Laurent COHEN-TANUGI (avril 2008) fait état que « la France est en décalage par rapport à de nombreux autres pays de l’union européenne dans sa perception négative de la stratégie de Lisbonne. […] La France a beaucoup à faire pour améliorer ses performances nationales et accroître du même coup sa crédibilité au regard de l’agenda de Lisbonne : c’est particulièrement le cas en ce qui concerne la réforme du marché du travail. »

SOURCES :
- Un article de la Commission européenne "Education et formation", mai 2005 : http://ec-europa.eu/education/policies/2010/et_2010_fr.html
- Le bilan à mi parcours : http://ec-europa.eu/education/policies/2010/doc/jir_council_fr.pdf (téléchargeable)
- Un article de François-Bernard HUYGHE "Langues de pouvoir" : http://www.huyghe.fr/actu_202.htm
- Un ouvrage de François BEAUJOLIN : "La gestion des compétences. Etudes de cas commentées"
Il y a 5 commentaires sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]